La pose d'un implant dentaire par étapes

1: La première consultation

 

Cette étape est fondamentale et ne doit pas être négligée.

La consultation commence toujours par un questionnaire de santé qui permet de déterminer une éventuelle contre-indication à la pose d'un implant.

Si nécessaire, le patient est adressé à des spécialistes : cardiologues, ORL, endocrinologues, laboratoire d'analyses médicales, ...

Apres avoir écarté d'éventuelles contre indications d'ordre général, nous pouvons passer au bilan dentaire proprement dit.

 

 

 

2 : Le bilan dentaire

L’examen endobuccal

 

  • Il permet d’apprécier l’état général de la bouche, des gencives et des dents.

Le bilan radiologique

 

  • La radio panoramique dentaire permet de vérifier l’état général de la bouche.
  • Le scanner de la zone à implanter ( acte non pris en charge par la sécurité sociale) donne une image en trois dimensions du volume osseux et met en évidence les obstacles anatomiques : le nerf dentaire inférieur à la mandibule ; le sinus et les fosses nasales au maxillaire.

Dans des cas complexes, un guide radiologique est confectionné à partir de modèles d’étude, pour être porté par le patient lors du scanner.

 

 

 

3 : Devis et consentement

Après avoir examiné les différentes solutions et réalisé un plan de traitement, un devis est remis au patient et signé par les deux parties.

Le consentement éclairé est également signé par le patient.

Ceci constitue une obligation médico-légale.

L’intervention peut alors être programmée.

 

 

 

4 : L'intervention

Cas simple : le volume osseux est suffisant.

Après un petit décollement de la gencive sous anesthésie locale, l'implant est mis en place dans l'os. Puis des sutures sont réalisées pour replaquer la gencive.

Cas complexe : le volume osseux est insuffisant.

Il convient, dans ce cas, d'ajouter de l'os par le biais d'un greffe osseuse.

En cas de nécessité nous réalisons ces greffes au bloc opératoire sous anesthésie générale.

Une ordonnance post opératoire sera remise systématiquement au patient (antibiotique si nécessaire, antalgique, bain de bouche).

 

 

 

5 : Après l'intervention conduite à tenir dans les 48 heures

Mettre des poches de glace sur le visage en regard de la zone concernée.

Ne pas fumer.

Ne pas cracher.

Manger froid et liquide.

Utiliser une brosse à dent post opératoire.

 

 

 

6 : Le désenfouissement des implants

Après trois mois, nous vérifions par un contrôle radio que l’implant est bien ostéointégré. Nous réalisons alors une petite incision de la gencive pour accéder à la tête de l’implant et nous vissons, dans l’implant, une vis de cicatrisation qui dépassera de la gencive. Cette vis servira de tuteur pour la cicatrisation gingivale. Cette technique est dite en deux temps chirurgicaux.

Dans quelques cas précis, la vis de cicatrisation est mise en place le jour de la pose de l’implant ce qui évite de ré-intervenir. Le patient dans ce cas doit s’engager à ne pas manger du côté de l’implant. C’est la technique dite en un temps chirurgical.

 

 

 

7 : La réalisation de la prothèse

Une fois l’implant bien ostéointégré, une couronne, un bridge ou une prothèse amovible sera alors réalisée en plusieurs étapes (empreintes, essayages, pose).

Le patient retrouve alors sourire, confort et esthétique.

 

Article rédigé par le praticien le 23/10/2013